Extension de la date-limite d'envoi des candidatures au vendredi 18 mai
2018.


 
Épistémologie des études aréales et des études globales
 
École d?été
 
École des Hautes Études en Sciences Sociales ? Paris Sciences et Lettres
En collaboration avec Columbia University et l?Université Cheikh Anta Diop
 
Paris, France
 
27 août ? 1er septembre 2018
 
Appel à candidature
 
 
            Les études aréales et les études globales connaissent
actuellement un développement significatif. Les centres de recherche qui
leur sont consacrés associent diverses sciences humaines et sociales
autour d?objets qui ont en commun d?être situés dans la circonscription
des aires considérées ou d?être étudiés à l?échelle globale. Si
chaque discipline impliquée engage pour elle-même une réflexion
épistémologique quant à ces objets, nous ne constatons pas un
développement similaire de l?épistémologie des études aréales en tant
que telles et de l?épistémologie des études globales en tant que telles.
L?école d?été « Épistémologie des études aréales et des études
globales » a pour objectif de favoriser un tel développement en incitant
les étudiant-e-s en études aréales et en études globales à intégrer
dans leurs recherches une réflexion épistémologique quant au sens de la
circonscription aréale de leurs objets, quant au sens de la mobilisation
de l?échelle globale et quant à l?articulation des études aréales et
des études globales.
            Organisée dans le cadre du programme de recherche Columbia
University (New York, États-Unis) ? Paris Sciences et Lettres (Paris,
France) ? Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal) « Les « Suds »
dans le monde : un défi épistémologique », l?école d?été sera
consacrée, en particulier, au rapport entre les études des aires
anciennement colonisées et les études globales. Les études des « Suds
» ont en commun le problème épistémologique posé par ceci que les
sciences auxquelles elles recourent ont été fondées dans le contexte
colonial et ont d?abord été appliquées aux aires colonisées au point de
vue colonisateur : comment les concepts et les méthodes des sciences
humaines et sociales ne déformeraient-ils-elles pas les réalités
auxquelles ils-elles sont appliqué-e-s ? Elles ont également en commun de
problématiser le recours à l?échelle globale en mettant en évidence le
caractère problématique de l?unité du monde, dont elles révèlent
plutôt les scissions (frontalières, militaires, économiques, d?autres
encore) : comment unifier les études globales et articuler les études
aréales et les études globales sans posséder un concept commun de monde
? Ces problèmes ont ainsi aussi une dimension politique : aux tensions
théoriques récurrentes en sciences humaines et sociales entre
universalité et singularité, ou entre conceptualité et empiricité,
s?ajoute, en l?occurrence, la tension indissociablement épistémologique
et politique qui tient à l?asymétrie de domination entre la situation
initiale des cadres théoriques mobilisés et les situations auxquelles ils
sont appliqués.
Régie par la position du problème des conditions d?articulation des
études aréales et des études globales, l?école d?été proposera quatre
axes de réflexion : 1) « Les disciplines et les études aréales et
globales », où il s?agira d?identifier les conditions d?applicabilité
des sciences humaines et sociales aux aires anciennement colonisées et au
monde lui-même, et d?évaluer la mesure dans laquelle les connaissances
produites à propos des aires anciennement colonisées et à l?échelle
globale influencent le développement des disciplines scientifiques ; 2) «
Pour une épistémologie sociale et politique des études aréales et des
études globales », où il s?agira d?étudier la manière dont les
asymétries de domination entre aires et à l?échelle globale s?immiscent
dans la pratique scientifique ; 3) « Épistémologie, théorie ou gnose ?
», où il s?agira de procéder à la critique réflexive du type de savoir
sur les savoirs, et en particulier sur les savoirs sur soi, que nous
mobilisons quand nous proposons de procéder à une épistémologie des
études des aires anciennement colonisées et des études globales ; 4) «
Études aréales et études globales », où il s?agira, sur la base des
réflexions menées dans les trois premiers axes, d?identifier les
modalités d?articulation des études aréales et des études globales.
 
Programme
 
            L?École d?été réunira 16 enseignant-e-s-chercheur-e-s de
l?École des hautes études en sciences sociales, de Paris Sciences et
Lettres, de Columbia University et de l?Université Cheikh Anta Diop, et 20
étudiant-e-s, dont 10 seront issu-e-s de ces institutions et 10 d?autres
institutions : les candidatures en provenance d?institutions situées dans
« les Suds » sont encouragées.
L?École d?été se tiendra en anglais. Elle consistera en 5 journées
d?études correspondant à l?introduction et aux 4 axes de réflexion
indiqués. Chacune consistera en 2 séances de 3 heures : la première sera
consacrée aux conférences de deux enseignant-e-s-chercheur-e-s, la
seconde aux exposés des projets de recherche des étudiant-e-s.
Les étudiant-e-s seront accueilli-e-s du samedi 25 août au dimanche 2
septembre 2018. Le samedi 1er septembre, une visite de la ville de Paris
leur sera proposée, comme d?un objet possible d?études aréales et
d?études globales.
 
Conférencièr-e-s et comité scientifique :
Conférence plénière : Souleymane Bachir Diagne, professeur à Columbia
University.
Formateurs référents : Hady Ba, formateur à l?Université Cheikh Anta
Diop, et Oumar Dia, maître de conférences à l?Université Cheikh Anta
Diop de Dakar.
Introduction : Salim Abdelmadjid, postdoctorant à l?EHESS, et Rémy
Bazenguissa-Ganga, directeur d?études à l?EHESS.
Axe 1 « Les disciplines et les études aréales et globales » : Pascale
Rabault-Feuerhahn, chargée de recherche au CNRS, et Miriam Teschl,
maîtresse de conférences à l?EHESS.
Axe 2 « Pour une épistémologie sociale et politique des études aréales
et des études globales » : Nilüfer Göle, directrice d?études à
l?EHESS, et Gloria Origgi, directrice de recherche au CNRS.
Axe 3 « Épistémologie, théorie ou gnose ? » : Pablo Blitstein, maître
de conférences à l?EHESS, Kai Kresse, Associate Professor à Columbia
University, et Bado Ndoye, maître de conférences à l?Université Cheikh
Anta Diop.
Axe 4 « Études aréales et études globales » : Valérie Gelézeau,
maîtresse de conférences à l?EHESS, et Clément Thibaud, directeur
d?études à l?EHESS.
« Paris global », conférence dans la ville : Beatriz Fernandez-Agueda,
enseignante à l?Universidad Politecnica de Madrid, et Marie-Vic
Ozouf-Marignier, directrice d?études à l?EHESS.
 
Organisation scientifique : Rémy Bazenguissa-Ganga, directeur d?études à
l?EHESS (Institut des mondes africains), et Salim Abdelmadjid,
postdoctorant à l?EHESS (Institut des mondes africains).
 
Modalités de candidature
 
            L?École d?été est ouverte aux étudiant-e-s en Master, aux
doctorant-e-s et aux post-doctorant-e-s. Les disciplines concernées sont
l?ensemble des sciences humaines et sociales, les arts, les lettres et la
philosophie. Les étudiant-e-s de l?École d?été seront sélectionné-e-s
sur la base de leurs projets de recherche, de leurs lettres de motivation
et de leurs CV.
 
Frais d?inscription :
 
Les frais d?inscription sont de 600?.
Les frais d?inscription des étudiant-e-s de l?EHESS et de PSL, de Columbia
University et de l?Université Cheikh Anta Diop, sont pris en charge.
Des bourses seront proposées aux étudiant-e-s ne disposant pas de
financements.
 
Dossier de candidature (en anglais ou en français) :
 
                  - Lettre de motivation
       - Curriculum Vitae (indiquant la bonne maîtrise de l?anglais)
       - Résumé du projet de recherche (max. 1 page)
       - Projet de recherche (4 pages)
       - Lettre de recommandation de la / du référent-e scientifique
       - Attestation du statut universitaire
       - Attestation d?assurance-santé pendant le séjour à Paris (à
fournir après la sélection)
 
À adresser à : summerschool2018@ehess.fr.
 
Date-limite pour la candidature : vendredi 18 mai 2018.



Epistemology of Area Studies and Global Studies
 
Summer School
 
École des Hautes Études en Sciences Sociales ? Paris Sciences et Lettres
In collaboration with Columbia University and Université Cheikh Anta Diop
 
Paris, France
 
27 August ? 1 September 2018
 
Call for Application
 
 
Area studies and global studies are currently experiencing significant
development. Research centers devoted to such studies combine various human
and social sciences to explore objects which have in common that they are
located within the perimeter of the considered areas, or that they are
studied on the global scale. If each discipline has a defined
epistemological reflection concerning these objects, we do not observe a
similar development of the epistemology of area studies as such, nor of the
epistemology of global studies as such. The Summer School ?Epistemology of
Area Studies and Global Studies? aims to promote this development by
encouraging students in area studies and global studies to integrate into
their research an epistemological reflection on the meaning of the
geographical circumscription of their objects, on the meaning of the
mobilization of the global scale, and on the articulation of area studies
and global studies.
Organized at the École des Hautes Études en Sciences Sociales in Paris,
France, as part of the joint research program ?The ?Global South? in the
World: an Epistemological Challenge?, co-sponsored by the university
community Paris Sciences et Lettres (Paris, France), Columbia University
(New York, United States) and Université Cheikh Anta Diop (Dakar,
Senegal), the Summer School will be devoted, in particular, to the
relationship between studies of formerly colonized areas and global
studies. The studies of the ?Global South? have in common the
epistemological problem posed by the fact that the sciences on which they
are based were founded in the colonial context and were first applied to
colonized areas from the colonizers? point of view: How could the concepts
and methods of the social and human sciences not distort the realities to
which they are applied? They also have in common to problematize the use of
the global scale by highlighting the problematic nature of the unity of
this world, of which they rather reveal the fragmentations (borders,
military, economic, etc.): How are global studies to be unified, and how
are area studies and global studies to be articulated if a common concept
of world is not shared? These epistemological problems also have a
political dimension: the recurrent theoretical tensions in the social and
human sciences between universality and singularity, or between
conceptuality and empiricity, are combined, in this case, with the
epistemological and political tension that derives from the asymmetric
domination between the initial situation of the theoretical frameworks
mobilized and the situations to which they are applied.
Focusing on the issue of the conditions of articulation of area studies and
global studies, the Summer School will propose four axes of reflection: 1)
?Disciplines and area and global studies?, which will address the
conditions of applicability of social and human sciences to formerly
colonized areas and the world itself, and assess the extent to which
knowledge produced about formerly colonized areas and on the global scale
influences the development of scientific disciplines; 2) ?For a social and
political epistemology of area studies and global studies?, which will
study the way in which the asymmetries of domination between areas and on
the global scale are interfering in scientific practice; 3) ?Epistemology,
theory or gnosis??, which will initiate a reflexive criticism of the type
of knowledge on knowledges, and in particular on the knowledges of oneself,
which we mobilize when we propose to carry out an epistemology of formerly
colonized areas studies and of global studies; 4) ?Area studies and global
studies?, which, on the basis of the reflections carried out in the first
three axes, will aim to identify the possible modes of articulation of area
studies and global studies.
 
Program
 
The Summer School will include 16 researchers and professors from the
École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris Sciences et Lettres,
Columbia University and Université Cheikh Anta Diop, and 20 students: 10
from these institutions and 10 from other institutions. Application by
students based in ?Global South? Universities is encouraged. Presentations
will be delivered in English.
The Summer School will consist of 5 days corresponding to the unfolding of
an introduction and the 4 aforementioned axes. Each day will be divided
into two 3-hour sessions: morning sessions will be dedicated to
presentations by two researchers/professors, afternoon sessions will be
dedicated to the presentations of students? research projects.
Students will be welcomed from Saturday 25 August till Sunday 2 September
2018. On Saturday 1 September a visit of the city of Paris will be
proposed, as one possible object of area studies and global studies.
 
Lecturers and Scientific Committee:
Keynote Speaker: Souleymane Bachir Diagne, Professor at Columbia
University.
Referring Tutors: Hady Ba, Instructor at Université Cheikh Anta Diop, and
Oumar Dia, Associate Professor at Université Cheikh Anta Diop
Introduction: Salim Abdelmadjid, Postdoctoral Fellow at EHESS, and Rémy
Bazenguissa-Ganga, Professor at EHESS.
Axe 1 ?The Disciplines and Area and Global Studies?: Pascale
Rabault-Feuerhahn, Researcher at CNRS, and Miriam Teschl, Associate
Professor at EHESS.
Axe 2 ?For a Social and Political Epistemology of Area and Global Studies?:
Nilüfer Göle, Professor at EHESS, and Gloria Origgi, Research Professor
at CNRS.
Axe 3 ?Epistemology, Theory or Gnosis??: Pablo Blitstein, Associate
Professor at EHESS, Kai Kresse, Associate Professor at Columbia University,
and Bado Ndoye, Associate Professor at Université Cheikh Anta Diop.
Axe 4 ?Area Studies and Global Studies?: Valérie Gelézeau, Associate
Professor at EHESS, and Clément Thibaud, Professor at EHESS.
?Global Paris?, Lecture in the city: Beatriz Fernandez-Agueda, Lecturer at
Universidad Politecnica de Madrid, and Marie-Vic Ozouf-Marignier, Professor
at EHESS.
 
Scientific organization: Rémy Bazenguissa-Ganga, Professor at EHESS
(Institut des mondes africains), and Salim Abdelmadjid, Postdoctoral Fellow
at EHESS (Institut des mondes africains).
 
Application procedure
 
The Summer School is open to Master's students, PhD candidates and
Postdoctoral fellows. The program is open to all social sciences and
humanities. Summer School students will be selected on the basis of their
research projects, cover letters and CVs.
 
Registration fees: 600?.
EHESS, PSL, CU and UCAD students are free of tuitions.
Subsidies for the participation will be available for students who do not
have access to research funding.
 
Application (in English or French):
?    Cover letter
?    Curriculum Vitae (indicating good command of English)
?    Summary of the research project (max 1 page)
?    Research project (4 pages)
?    Letter of recommendation (from the scientific supervisor)
?    Certificate of university status
?    Health insurance certificate during the stay in Paris (to be provided
after the selection)
 
Send applications to: summerschool2018@ehess.fr.
 
Deadline for applications: Friday May 18th 2018.